Tablettes cunéiformes de Mésopotamie
torna allla pagina introduttiva dei Musei Vaticani Onlineil sito internet istituzionale della Santa SedeInformations générales au sujet des Musées VaticanNaviguer dans le site, Légende et Index du siteVisite virtuelle et sélections des ?uvresSections actuellement sur la vue dans les Musées Vatican OnlinePage principale de Musées Vatican Online

Musées du Vatican OnlineMusée Gregorien EgyptienSalle VIII

Tablettes cunéiformes de Mésopotamie

C'est sur la terre entre les deux fleuves qu'apparaît l'écriture, indispensable moyen qui servit tout d'abord à l'administration des cités naissantes puis à mettre par écrit la littérature sumérienne et akkadienne dans les écoles pour scribes. Les Sumériens, habitants de la Mésopotamie à la fin du IVe millénaire avant Jésus-Christ, inventèrent cet extraordinaire moyen de communication en gravant des signes sur des tablettes d'argile à l'aide d'un style pointu. Ils gravèrent tout d'abord des logogrammes, c'est-à-dire des dessins schématiques des objets cités, puis ils simplifièrent progressivement ce système en décomposant les signes en caractères cunéiformes jusqu'à obtenir un vaste répertoire de signes syllabiques (environ 600) ayant parfois valeur de mots. Ces signes étaient utilisés pour écrire des termes abstraits ne pouvant être exprimés à l'aide de symboles ou schémas, à travers leur décomposition en syllabes. Le cunéiforme, né pour la langue sumérienne, fut employé dès la moitié du IIIe millénaire avant Jésus-Christ pour la langue sémitique des nouveaux habitants de Mésopotamie, les Akkadiens, puis successivement pour le babylonien, l'amorrite, l'araméen, l'assyrien (qui sont toutes des langues et dialectes sémitiques), mais aussi pour l’hittite, langue indo-européenne, et l’hurrite, langue agglutinante difficile à classifier. Les tablettes, une fois gravées, étaient cuites au four et l'argile devenue céramique se conserva pendant des millénaires dans la terre des sites archéologiques du Proche Orient. Elles nous ont transmis un trésor inestimable. Des archives administratives et des bibliothèques entières nous ont transmis un tableau vivant et direct des événements historiques et politiques, de l'organisation sociale et économique, de la mythologie et de la religion des peuples de Mésopotamie, d'Iran occidental, de Turquie et de Syrie. Les textes cunéiformes conservés dans les musées du monde entier contiennent un immense patrimoine culturel dont il reste encore beaucoup à traduire et à divulguer.

Les tablettes suivantes sont des exemples de typologies de textes et langues de Mésopotamie du IIIe au Ier millénaire avant Jésus-Christ:

Vente d'une parcelle de terrain

Fara, Irak central, environ 2500 avant Jésus-Christ
inv. D208

Les textes de Fara sont les plus anciens documents écrits de Mésopotamie. La langue transcrite en caractères cunéiformes sumériens est en réalité l'akkadien, la plus ancienne langue sémitique connue.

"Clou" avec le nom et le titre du roi Sin-Kashid de Ourouk

Ourouk, Irak méridional, période des dynasties amorrites, règne de Sin-Kashid 1865-1833 avant Jésus-Christ
inv. D718

Liste de rations de dattes

Irak central, Ière dynastie de Babylone, 32e année du règne de Hammourabi
inv. D721

Grumeau d'argile en forme de noix percée (bullae), utilisé pour sceller le lien de fermeture d'un conteneur de tablettes cunéiformes.

Table IV du Poème de Erra

Babylone, Irak central, période néo-babylonienne, 626-539 avant J.-C.
inv. D722

Le Poème de Erra est une composition babylonienne du VIIIe siècle avant J.-C., attribuée au scribe Kabti-ilani-Mardouk (765-763 avant J.-C.), mais la copie en question est plus récente, d'un siècle et demi au moins. Le poème narre les aventures d'un héros, Erra, qui...